Compte-rendu du débat public Mobilité 

A nouveau un beau succès de mobilisation pour ce second débat public organisé le mercredi 27 mars autour du thème de la mobilité

Synthèse des discussions:

Il y a une grande différence dans le vécu actuel et dans les solutions selon que l’on vive dans une grande ville, que l’on soit navetteur ou que l’on se déplace en zone rurale. Les solutions doivent donc être pensées en même temps pour ces trois situations. 

Les représentants politiques présents ont soutenu toutes les solutions proposées par eChange, à une exception près : le prélèvement intelligent que le ministre Bellot refuse pour son impact sur les populations rurales. eChange répond que ce système peut être conçu au contraire pour diminuer la pression fiscale sur ceux qui se déplacent sur de longues distances en dehors des villes et des heures de bouchon à leur entrée et sortie. 

D’autres solutions sont évoquées, notamment le développement d’une infrastructure cyclable (le RER vélo), la réouverture de gares fermées, la réutilisation des anciennes voies désaffectées, probablement avec des véhicules autonomes. 

Dans la ligne droite des propositions d’eChange, tous se sont accordés pour promouvoir un programme, projet ou pacte qui associera l’Etat fédéral et les régions sur l’ensemble de ces solutions, coordonné et soutenu par une agence interfédérale de la mobilité. . 

Nous devons exiger que, le lendemain des élections, les partis politiques qui négocient les différents accords de gouvernement acceptent de négocier ensemble un pacte mobilité pour le pays, que chaque niveau de pouvoir s’engagera ensuite à respecter pour ce qui le concerne. La coordination et le monitoring pourra se faire par une agence interfédérale de la mobilité, pilotée elle-même par un « monsieur » ou une « madame mobilité ». 

Quelques extraits des interventions:

« Il faut une instance publique-privée qui réunisse l’ensemble des acteurs de lamobilité pour interconnecter les données. Une sorte de banque-carrefour de lamobilité« , Alain Deneef, Intendant de Brussels Metropolitan.

« 5 propositions concrètes: créer une instance interfédérale de la mobilité, coordonner et synchroniser les investissements, constituer une banque-carrefour des données, utiliser les mêmes outils informatiques et avoir une vision politique commune », François Bellot (MR) 

« Beaucoup de gens sont tentés par l’utilisation du vélo, mais y renoncent en raison d’insécurité routière. Il faut donc intégrer le vélo dans les plans de mobilité et sécuriser leurs déplacements », Alain Maron (Ecolo) 

« Des initiatives de collaboration entre régions fonctionnent très bien, comme la zone MTB. Il faut les étendre beaucoup plus et rendre les transports en commun intermodaux », Emmanuel De Bock (Défi)

Share This