Compte-rendu du débat public Transition économique (24 avril 2019)

 

Le débat s’est passé dans un lieu original et assez sympathique, la Cité Miroir, ancienne piscine joliment reconvertie en un centre culturel.

150 inscrits, une bonne centaine de présents, la très grande majorité bien au-dessus de 40 ans, âge médian des Belges selon l’intervention remarquée de Thomas Dermine.

Une belle brochette d’invités au débat : Alda Gréoli (cdH), Samuel Cogolati (Ecolo) et Fabian Culot (MR) pour les politiques, Marie-Hélène Ska, Bernard Delvaux, et Laurent de Briey pour eChange, après l’intro faite par Etienne de Callatay et Baudouin Meunier.

Synthèse

Le débat a conduit à un certain nombre de convergences.

 

  • Besoin d’un pacte politique large fixant un cadre pour une dizaine d’années et dépassant la division des compétences, dans les domaines prioritaires tels que le climat, la mobilité, les transitions économiques et sociales, etc.;

 

  • Besoin d’une perspective : savoir vers où nous voulons aller. Sinon, la peur nourrit les résistances et le repli sur soi dont le vote populiste est l’une des expressions;
  • Importance du niveau européen qui, lui aussi, a besoin d’un projet. Créer à ce niveau une « Banque Climat » pour investir dans les transitions nécessaires ?

 

  • Passer de « plus » à « mieux »;

 

  • Réconcilier développement durable et justice sociale;

  • Réconcilier la philosophie – le projet de société – et le tableur Excel – les contraintes économiques;

 

  • Réconcilier dans les comportements ses revendications de travailleur et ses comportements de consommateur (exemple de la résistance au travail de nuit versus l’appétit pour le e-commerce avec livraison le lendemain);

 

  • Investir pour rendre possible le nouveau système et annoncer ces investissements pour laisser le temps de développer une filière belge;

 

  • Changer le système de prix par la taxation et les subsides en internalisant les externalités environnementales, ce qui rendra rentables des activités économiques locales et de nouveaux secteurs, par exemple dans l’économie circulaire;

 

  • Revoir la régulation pour la rendre plus juste et plus durable;

 

  • Réconcilier citoyens et politiques par l’approche projet, avec une attention particulière pour les jeunes de moins de 40 ans, trop peu nombreux au débat – et, d’une manière générale, dans les débats publics.
Share This