23/05/2019 – Le Vif – Carte blanche

 

Comment respecter les attentes des électeurs ? Le mouvement pluraliste eChange vante les promesses d’une démarche à la recherche de convergences à long terme. Et exorte les politiques à conclure des pactes, dès après les élections, en suivant cette méthode collaborative, en matière d’énergie, de santé, de mobilité, d’économie, de justice fiscale et sociale et de migrations.

Depuis son lancement il y a deux ans, eChange s’investit dans la recherche de solutions durables et partagées aux problèmes qui préoccupent le plus les Belges. Après un long travail de discussions, concertations, rencontres avec des acteurs et citoyens de tous horizons, nous avons proposé des pistes en matière de transition énergétique, de mobilité, de justice fiscale et sociale, de création d’emplois en pleine mutation économique, de migration et de vivre ensemble et sur le fonctionnement de notre démocratie.

Au cours de cette campagne électorale, nous avons relevé des signes encourageants, mais aussi des comportements destructeurs.

Les signes encourageants : la présence dans tous les partis démocratiques de personnes capables, sans perdre leur identité politique, de chercher le dialogue avec d’autres forces et disposées à s’engager pour le long terme. Nous avons constaté cet esprit constructif lors des débats eux-mêmes, mais aussi dans certains tracts, interviews, posts sur les réseaux sociaux. Nous avons été aussi impressionnés par le dynamisme et la créativité de la société civile, animée par cette envie d’avancer ensemble, malgré les différences de situations sociales et économiques qu’il ne faut pas sous-estimer.

On peut trouver sur notre site les convergences issues de ces débats, sur lesquelles il y a moyen de construire une Belgique plus prospère, plus juste et plus durable. (www.echange.be). Merci aux représentants du monde politique et de la société civile qui ont contribué à ces échanges avec beaucoup d’ouverture et d’ambition.

Au rayon des comportements destructeurs, nous trouvons dommage d’avoir assisté plus souvent à des querelles partisanes, une avalanche de promesses et de fausses informations que des débats de fond sur les meilleures manières de résoudre les problèmes prioritaires des citoyens.

Et maintenant ?

Deux moments détermineront si les attentes énormes de la part de l’ensemble de la société belge pourront être concrétisées.

Tout d’abord, le jour des élections : nous espérons que tous les Belges feront l’effort d’exercer leur droit démocratique ô combien essentiel d’aller voter et choisiront des personnes au sein des partis qui mettent le fond avant la forme, l’efficacité avant le slogan, la politique à long terme avant la popularité.

Puis le second temps : la formation de gouvernements et la négociation des programmes de législature.

Des dizaines de milliers de jeunes et de moins jeunes ont marché pour le climat. Relever ce défi exige un accord à long terme négocié par tous les partis politiques démocratiques ; un accord qui se concrétise par une feuille de route précise que chaque gouvernement, à son niveau, s’engage à respecter ; un accord qui implique les partenaires sociaux pour tous les domaines qui les concernent en première ligne ; un accord qui s’appuie sur un comité d’accompagnement formé de spécialistes venant d’administrations et de la société civile, qui peuvent conseiller les politiques et monitorer les progrès réalisés. Appelons cette démarche conclure un pacte.

De même, les files et les retards sur les routes ne font qu’augmenter. Pour ce problème, d’ailleurs fort lié au précédent, un pacte pour la mobilité est nécessaire, qui implique tous les responsables politiques. Sans cela, comment coordonner la route, le rail et la fiscalité ?

Le numérique envahit notre économie, modifie profondément nos comportements (et ceux de nos enfants) et impacte notre modèle social et fiscal. Il peut être créateur d’emplois durables si tous les niveaux de responsabilité s’associent dans un pacte ambitieux pour encadrer et accompagner la transformation digitale et en faire une réussite.

La population vieillit, ce qui entraine un coût croissant pour la sécurité sociale et a des conséquences sur la distribution des richesses entre générations. La réforme des soins de santé doit se poursuivre en veillant à ne laisser personne sur le bord de la route. Elle engage elle aussi tous les niveaux de pouvoir et devrait se traduire par un pacte santé.

Enfin, les propositions faites en matière de migration nécessitent l’engagement de tous: les citoyens, les acteurs économiques, les médias et les différents niveaux de pouvoir. La recherche d’un consensus passera nécessairement, pour dépasser les clivages et mettre en place une vraie politique en la matière, par le fait de donner la parole à chacun sans tabou et dans le respect de l’autre.

Il faut agir maintenant et en rupture totale avec les fonctionnements habituels.

La méthode que nous avons expérimentée durant ces deux dernières années a permis de réunir autour d’une même table, femmes et hommes, politiques, entrepreneurs, syndicalistes, militants associatifs, chercheurs universitaires, citoyens engagés, de Bruxelles et de Wallonie et de proposer des solutions partagées dans une perspective de long terme. Le temps et les ressources nous ont manqué pour étendre cette démarche au Nord du pays. Mais nous sommes convaincus que cette méthode est la plus adéquate.

C’est pourquoi nous lançons un appel aux politiques pour que, dès le lendemain des élections, ces pactes soient négociés selon cette même méthode collaborative et orientée sur le long terme. Vous les politiques, qui avez l’énergie et le courage de vous présenter, êtes-vous prêts à relever ce défi ?

Signataires

François Adam

Bauduin Auquier

Patrick Beaudelot

Benjamin Bodson

Christophe Boes

Marc Bourgeois

Emmanuel Briard

Etienne de Callatay

Christian Cappouillez

Marie-Anne Cappouillez

Maurice Collinge

Pierre Crevits

Michel De Beusscher

Laurent de Briey

Wanda Debauche

Emmanuel Degrève

Pierre De Handschutter

Bernard Delvaux

Alain Deneef

Philippe Destatte

Bernard Duvillier

Damien Ernst

Renaud Fiévet

Didier Gosuin

Nicolas Gougnard

Dimitri Greimers

Didier Imhauser

Hervé Jourquin

Jean-Pierre Lahaye

Marie Lammensch

Jean-Louis Luxen

Michel Maroy

Grégory Merckx

Baudouin Meunier

Christian Michaux

Noémie Monnart

Jean-Albert Nyssens

Noël Pierrard

Christophe Quintard

Sabrina Scarna

Alexandre Simonis

Céline Tellier

Vincent Thomas

Philippe Toint

Edoardo Traversa

Christian Valenduc

Béatrice Van Bastelaer

Louise Vanden Abeele

Fanny Van Ryckel

Partrick Van Ypersele

Claude Verstraete

Michel Visart

Régis Warmont

Philippe Wéry

Patrick Willems

Julien Willems

Share This