Questions / réponses

#OPNI #laboratoire #coconstruction #convergence

22 questions et autant de réponses

E-Change, c’est quoi ?  Un OPNI (un objet politique non identifié). Ce que nous souhaitons apporter à la politique n’existe pas encore, il est donc vain de nous coller une étiquette.

Qui êtes-vous ? Des acteurs citoyens et politiques qui souhaitent réaffirmer l’importance d’une action politique efficace et juste permettant de renouer le lien entre la société civile et les représentants politiques.

Quel est votre objectif ? Etre un laboratoire de convergences sur l’action politique. Nous cherchons avec qui et autour de quels projets il est possible de créer un large soutien politique et citoyen pour réformer en profondeur en une dizaine d’années des domaines essentiels de la société, comme  la démocratie, la transition économique, la mobilité, l’énergie, l’éducation, la santé…

Comment mesurer l’efficacité de votre travail ? Notre but sera atteint si les représentants politiques réfléchissent à long terme et s’entendent sur des objectifs à dix ans co-construits avec les citoyens et mis en œuvre. Pour y arriver, il est indispensable de créer un large consensus social et politique autour de solutions élaborées avec les citoyens. e-change travaille en co-construction.

Pourquoi ne voulez-vous pas être assimilés à un parti politique ? La démarche est différente : nous serions heureux que des membres de la société civile et des candidats de partis politiques différents se revendiquent d’e-change. Cela signifie qu’ils appuient cette démarche de recherche de consensus sur des ambitions à long terme et les scénarios pour les mettre en œuvre. Cela n’implique pas nécessairement qu’ils soient d’accord avec chaque proposition émanant de nos débats

Ce qui nous différencie des autres, c’est de n’être ni un parti, ni un « think tank », ni aujourd’hui ni demain, mais un laboratoire rassemblant des personnes d’horizons différents partageant la même volonté de changement, cherchant à trouver des solutions et les relais pour les mettre en œuvre. Nous voulons sortir de la logique qui consiste à mettre plus d’énergie dans la critique de l’autre que de défendre ses propres solutions. Osons l’optimisme et la co-constructivité.

Comment devenir membre d’e-change ? e-change ne compte pas de membres mais des co-constructeurs. Ce n’est pas un détail ! Il n’y a donc pas de ligne imposée, pas de cotisation, pas de mot d’ordre, etc. Chacun vient avec ses opinions, son envie d’échanger et de co-construire. Pour participer, il suffit de réagir via notre site.

Pourquoi ne pas créer un nouveau parti ? Il y en a déjà trop et ce n’est pas l’objectif. e-change n’a pas de membres mais des personnes parlant en leur nom propre qui élaborent ensemble des solutions.

e-change n’est-il pas un outil de recyclage pour certains acteurs politiques? Non parce que e-change n’est pas un parti et n’aura donc aucun poste à proposer à qui que ce soit. Le mouvement a été créé dès le départ par des politiques et des personnes de la société civiles avec comme objectif de créer des passerelles.

N’êtes-vous pas complètement naïfs ? Si repenser l’action politique et transgresser les logiques partisanes c’est être naïf, oui nous le sommes ! Mais ne croyez-vous pas qu’il est plus qu’urgent d’utiliser de nouveaux logiciels pour penser et agir ? C’est vrai pour le monde politique, pour les média et pour les citoyens.

Quelles têtes connues sont déjà parmi vous ? Nous ne sommes pas en train de constituer des listes électorales.  e-change ne cherche pas des noms mais des acteurs qui souhaitent participer au changement en apportant leurs opinions et leurs compétences. Nous avons publié sur notre site la liste actuelle et provisoire des contributeurs aux travaux d’e-change. Les co-constructeurs se recrutent dans toutes les strates de la société civile et dans plusieurs partis politiques.

Avec quelles propositions concrètes ? e-change n’arrive pas avec un programme ! Pour chaque thème, nous posons un diagnostic et proposons une vision alternative. Les propositions concrètes seront élaborées avec les citoyens. Tout qui est intéressé par la démarche pourra participer aux travaux de co-construction. Ils aboutiront à la sélection de thèmes prioritaires et à des propositions de solutions. Pas de clé-sur-porte donc !

Inspirés d’En marche en France ? Vous surfez sur la vague ? La démarche d’Emmanuel Macron prouve qu’une autre manière de concevoir la politique est possible et que les citoyens sont en attente d’autre chose. C’est un exemple intéressant mais les réalités de la Belgique ne sont pas celles de la France.

Force de gauche, force de droite ? Ni l’une, ni l’autre ! Pas plus le centre d’ailleurs. Sortons des cases ! Si être de gauche, c’est s’engager en faveur de l’équité et de l’émancipation des personnes, alors nous sommes de gauche. Si être de droite, c’est valoriser l’innovation et l’esprit d’entreprendre, alors nous sommes aussi de droite. Sortons des cases ! Cherchons à créer un consensus large autour d’objectifs communs, pas à opposer un camp à l’autre. E-change est une force de réflexion et de proposition pour une société où chacun pourra trouver sa place dans le respect de l’autre.

 Qui est concerné par votre projet ? Toute personne convaincue que l’action politique est importante, mais qu’il faut sortir des querelles incessantes et du court-termisme. Tous ceux qui partagent la volonté de dépasser les schémas traditionnels de la réflexion et de l’action politique. C’est une nécessité aussi absolue qu’urgente.

 Quel est votre public cible ? Toute personne convaincue que le changement est indispensable et qui sait que chacun peut être, à sa manière, acteur de ce changement.

Quelle est votre stratégie d’action ? Poser un diagnostic, proposer une vision alternative et co-construire avec les citoyens les propositions pour concrétiser celle-ci. C’est un processus évolutif qui progressera thème par thème. Le site illustre bien cette démarche.

Quelles sont vos propositions politiques ? Aucune recette clé-sur-porte mais des solutions à long terme élaborées en co-construction. Une conviction aussi : pour changer de modèle, il ne faudra pas simplement prendre aux uns pour donner aux autres. Chacun devra être prêt à se demander ce qui est le plus important pour lui et accepter d’adapter son comportement.

Pas de programme, mais quelles sont vos valeurs ? Ce sont des engagements sur des axes forts. Dans le désordre : l’émancipation de chacun, l’équité à chaque instant, l’esprit d’entreprendre tant sur le plan personnel que professionnel, l’environnement, l’Europe.

Quels sont vos moyens financiers ? Quasiment inexistants aujourd’hui. Nous comptons lancer un appel à ceux que la démarche intéresse. Ils sont nombreux comme l’a démontré les multiples formulaires renvoyé via notre site Internet. Ce sera un démarche volontaire, e-change n’a pas de membres et donc pas de cotisation.

Pourquoi avez-vous lancé e-change au Standard ? D’abord ce n’était pas un lancement mais une rencontre entre ceux qui ont déjà participé aux travaux. e-change ne dispose actuellement d’aucun budget et le président du Standard, co-constructeur parmi beaucoup d’autres, a mis un espace à disposition.

Vu que la Belgique est un Etat fédéral, e-change ne devrait-il pas avoir un alter ego au Nord du pays ? Bien sûr et nous sommes prêts à rencontrer ceux qui souhaiteraient entamer une démarche analogue en Flandre.

 

Share This